Protégé : Blogues

Une entreprise d’ici qui introduit l’eau d’érable dans le domaine des cosmétiques

0
0
il y a 1 semaine

Lisemarie Chevalier et Mélissa Desrosiers comptent parmi mes collègues du Lac- Beauport. Je dis collègues parce qu’elles travaillent le même produit que moi, l’eau d’érable. Mais elles le font dans un but qui n’est pas celui de sucrer le bec des amateurs de sirop, de beure ou de tire. Elles sont dans un domaine que j’aurais eu du mal à imaginer au mois d’avril dernier en cuisant le sirop dans ma cabane… Elles ont développé à partir de la sève d’érable des produits haut de gamme et écologiques à l’attention de celles et ceux qui prennent soin de leurs cheveux !

Lisemarie possède une érablière avec son amoureux et Mélissa travaillait dans le domaine des cosmétiques. C’est donc en mariant ces deux univers que l’idée leur est venue de remplacer le miel, que l’on retrouve dans plusieurs produits de soins capillaires, par la sève d’érable. Cette idée a lancé les deux amies qui se connaissent depuis plus de 20 ans dans l’exploration de ce que l’érable avait vraiment à offrir au-delà de ses propriétés sucrantes. Elles ont retenu les services d’un laboratoire spécialisé et, dès les premiers essais, les résultats ont été concluants. Mélissa est catégorique à ce sujet : « Les tests à l’aveugle ont été unanimes, les gens constatent que leurs cheveux sont plus brillants et plus soyeux ! ».

Les deux entrepreneures, qui se sont lancées en pleine pandémie, ont vu leur projet décoller sur les chapeaux de roues dès les premiers jours. L’époque que nous vivons, où de plus en plus de gens recherchent des produits authentiques et porteurs de valeurs, y est sûrement pour quelque chose. Lisemarie et Mélissa ont une réelle motivation pour bâtir une entreprise verte et cela transparait dans leur offre. En plus de ne mettre en vedette que des produits naturels, elles offrent également leurs produits dans des contenants en plastique recyclé et elles vendent des recharges d’un litre permettant d’épargner des contenants.

 

Mélissa et Lisemarie, les deux amies et entrepreneures derrière le projet LA SÈVE. Photo: courtoisie de LA SÈVE

À la sève d’érable viennent s’ajouter d’autres ingrédients naturels comme des extraits de feuilles de chêne, de tilleul, de lavande et de camomille. Pas d’ingrédients nocifs dans les produits de LA SÈVE tels que les parabènes, phtalates, huiles minérales, silicones, couleurs artificielles, phénoxyéthanol et sulfates. Une bonne nouvelle, car lorsqu’on prend le temps de lire les ingrédients des différents produits qui se retrouvent dans nos cheveux et sur notre corps, on réalise trop souvent que ce sont des produits toxiques pour notre santé.

Les produits de LA SÈVE sont faits ici, dans la région, un autre aspect écologique et économique pour les gens qui désirent acheter des produits locaux. C’est donc un duo sans compromis qui présente une gamme qui compte pour l’instant trois produits : un shampoing, un revitalisant et un masque (voir le site web plus bas).

L’entretien que j’ai mené avec Mélissa pour réaliser cette chronique m’a fait réaliser que le territoire regorge d’idées d’entreprises originales et que de le fréquenter un peu plus, comme on l’a fait au cours de la dernière année, nous inspire et stimule notre créativité en plus de fournir les ressources pour créer de nouveaux produits qui sont synonymes de santé et d’écologie. Cela m’a aussi rappelé combien l’érable, noble, fort et généreux, possède encore des secrets qui n’ont pas fini de nous surprendre !

Quelques liens utiles et inspirants :

Pour obtenir ou découvrir les produits de Mélissa et Lisemarie :
www.laseve.ca

 

[vidéo] Retour saison 2021

0
1+
il y a 2 mois

C’est l’heure du bilan pour la saison des sucres 2021 dans la MRC de La Jacques-Cartier. On vous parle aussi de ce que l’équipe du Goût du Territoire vous prépare pour la suite des choses !




[vidéo] Acquérir un évaporateur au bois

0
1+
il y a 2 mois

Quand vient le temps de réaliser un projet de sucrerie familiale on doit décider du choix des équipements et, parmi ces choix, vient celui de l’évaporateur. Jean-Étienne Poirier, de la sucrerie Forêt Vive à Tewkesbury, nous partage son processus pour le choix de son évaporateur au bois. Il discute de l’importance de cette pièce d’équipement maîtresse pour une cabane à sucre et de l’importance pour lui d’avoir fait l’acquisition d’une bouilleuse qui comportait toutes les caractéristiques des équipements au bois que l’on retrouve dans des plus grosses installations. Pour Jean-Étienne, il était important de pouvoir sortir le sirop directement des pannes de finitions, sans passer par une étape supplémentaire réalisée sur un brûleur d’appoint. Cela l’a amené à choisir un design particulier.




Suite